A propos d'astrologie...

Ce n'est pas par hasard si l'astrologie, la plus ancienne des sciences humaines, a traversé plusieurs millénaires et reste toujours présente aujourd'hui.

 

Notre univers est gouverné par des CYCLES. Tout y est soumis : les étoiles, les planètes, tout ce qui vit sur la Terre... y compris nous-mêmes.

 

Les détracteurs de l'astrologie affirment qu'il est impossible qu'une planète puisse nous influencer, selon sa position dans notre ciel de naissance. Ils ont tout à fait raison.

 

En réalité, ce n'est pas la position de la planète qui nous influence, mais le cycle auquel est soumis cette planète. De même que ce n'est pas la position de l'aiguille sur l'horloge qui provoque l'heure : elle ne fait que la matérialiser.

 

D'autres affirment que l'astrologie est obligatoirement fausse, puisque les positions des constellations dans le ciel n'ont plus rien à voir avec ce qu'elles étaient il y a 2 000 ans. Là encore, cette affirmation est scientifiquement exacte : il s'agit d'une conséquence de la précession des équinoxes, un phénomène connu et mesuré depuis l'Antiquité. Il semble que les Mayas le connaissaient déjà.

 

Pour les curieux : on sait que l'axe de rotation de la Terre est incliné (environ 23°, par rapport au plan de l'écliptique). Mais cet axe n'est pas fixe et pivote lentement sur lui-même : environ 1° tous les 72 ans. Cette infime différence change tout...

 

On détermine l'équinoxe de printemps très facilement : c'est le moment où la durée du jour et la durée de la nuit sont strictement identiques. Cela se reproduira une seule autre fois, à l'équinoxe d'automne.

 

A l'équinoxe de printemps, on regarde où se trouve le soleil par rapport aux constellations : il se trouvait, vers l'an -100, à 0° du Bélier. Mais on constate que chaque année, l'équinoxe semble "précéder" celui de l'année passée et qu'il survient, alors que le soleil n'est pas encore tout à fait arrivé au même alignement. Il semble ainsi "reculer" dans le zodiaque chaque année, à raison de 50" d'arc. En 2 160 ans, le Soleil aura ainsi reculé d'un signe complet (30 °).

 

C'est ce qui détermine ce que nous appelons une "ère". A l'époque du Christ, le soleil se trouvait donc à l'équinoxe de printemps à la fin de la constellation des Poissons. Peut-être n'est-ce pas un hasard si le signe de ralliement des premiers chrétiens était un poisson ?

 

Ainsi, le Soleil a reculé de près de 30° depuis l'an -100 et il se trouve, de nos jours, à la limite entre les Poissons et le Verseau lors de l'équinoxe... C'est ce qui explique que nous entrons dans "l'ère du Verseau", qui durera jusqu'aux environs de l'an 4 200.

 

Et puisque l'astrologie était déjà connue et pratiquée bien des siècles avant la période du Christ, on ne peut que supposer que les sources de l'astrologie remontent à une époque où les constellations réelles et symboliques coïncidaient : ce qui nous ramène environ 26 000 ans avant JC.

 

Il n'y a donc en réalité aucune confusion entre le zodiaque de l'astrologue, qui utilise des cycles symboliques, et les constellations visibles dans le ciel.

L'astrologie n'est pas une science, même si elle a été enseignée dans nos pays jusqu'au milieu du XVII° siècle. Pourtant, on ne peut ignorer la profonde influence qu'elle a eue sur notre civilisation.

 

Faut-il rappeler que notre semaine comporte 7 jours et que chacun porte le nom d'une des 7 "planètes" visibles à l’œil nu ? Lundi pour la Lune, Mardi pour Mars, Vendredi pour Vénus, etc. (on inclut dans le mot planète la Lune, qui est notre satellite et le Soleil, qui est une étoile).

 

Et combien de monuments comportent des allusions directes à l'astrologie ? Comme ce vitrail de la Basilique Saint-Denis (ci-dessus) ou l'horloge astronomique de Prague (ci-dessous).

Il reste enfin, quelle que soit notre opinion sur l'astrologie, que beaucoup s'accordent à lui reconnaître le mérite d'un découpage à la fois très riche et très précis des caractères et des comportements.

 

C'est pour cette raison que ce découpage a servi de fondation pour ASTREA.